Oli

Publié le par Céline & Guillaume

Nous arrivons donc lundi soir à Bora Bora, où nous avions trouvé un hébergement  en couch surfing. Seul hic, nous n'avons que son accord par mail mais pas de numéro de téléphone pour la contacter dès notre arrivée ni d'adresse pour s'y rendre par nous même.
Nous débarquons donc sur le quai, à la recherche d'un cyber café pour lire nos mails et connaitre les informations nécessaires, persuadés que Bora Bora est une grande ile qui offre de nombreux services même àprès ving heures.
Première erreur...
Ici comme partout en Polynésie, tout ferme très tôt et nous nous retrouvons un peu seuls au monde.

Nous demandons à une famille "popas" (de métropole) où  nous pouvons nous connecter.
Ils nous confirment ce que nous redoutions, impossible de trouver un accès internet à cette heure-ci et dans la foulée nous proposent de venir chez eux consulter notre boite mail.
Nous acceptons et rentrons chez cette famille.
Malheureusement nous avons la mauvaise surprise de trouver notre boite vide...

Ou passer la nuit?
Les hébergements sur l'ile (comme un peu partout en Polynésie) sont hors de prix!
Nous avons une toile de tente et sommes à la recherche d'un terrain de camping. Ils nous confirment ce que nous avions déjà entendu, un cyclone approche de notre archipel et le camping n'est pas recommandé.
Ils nous proposent de rester chez eux pour la nuit et avant que nous puissions répondre quoi que ce soit, notre couvert est déjà dressé!

Nous sommes sauvés! Quelle chance d'avoir rencontré cette famille sur le quai.
Nous passons la nuit sur leur canapé et au petit matin, nous profitons même d'un tour de l'ile en voiture!

Mardi, nous passons une journée agréable et profitons de notre unique journée de soleil pour nous baigner.

Le soir nous dormons chez notre couch surfeuse, car Guillaume a fini par retrouver sa trace...

Mercredi matin, nous nous réveillons seuls dans la maison, notre hote est partie travailler avec un petit sac de voyage au cas où elle serait bloquée sur le motu (ilot dans le lagon) en cas de cyclone, et c'est exactement ce qui est arrivé, nous avons vécu notre premier cyclone tout seul comme des grands!

Nous sommes allés faire des courses dès 7 heures du matin, comme des retraités, pour nous faire des réserves de nourriture sur deux jours.
On peut dire qu'on a eu le nez fin sur ce coup là car dès 9 heures, nous passions en alerte rouge, qui signifie que toute baignade, toute circulation est interdite et chacun doit rester enfermé chez soi.
Nous nous sommes donc enfermés et avons commencé à suivre l'évolution du cyclone aux informations, jusqu'à ce que l'electricité soit coupée...
Face aux vents de plus en plus violents, nous avons ramassé dans la maison tous les meubles extérieurs et autres accessoires et avons attendus patiemment.
Durant quelques instants, l'eau et l'electricité sont revenus, nous avons donc été plus malins que la première fois et avons fait des réserves d'eau!
Le vent a commencé a souffler vraiment très fort à partir de 18 heures et a perduré une bonne partie de la nuit, arrachant les lattes du plafond de la terrasse.
Nous nous sommes couchés dans la salle de bain puisque c'était la seule pièce sans fenetres et que nous redoutions qu'elle volent en éclats. Une fois allongés, le toit de la salle de bain a commencé à ondulé sérieusement, au point de désolidariser les lattes du plafond...
Bon, ben finalement, on va remettre le matelas dans la chambre pour y dormir...

Nous nous sommes endormis et avons constaté les dégats le lendemain, une fois l'alerte levée et Oli passée.
Bilan plus que positif pour la maison où nous étions car hormis les lattes de la terrasse qui ont volé un peu partout, rien n'a été cassé.

Vendredi nous avions prévu de prendre un bateau pour rentrer à Tahiti mais le trafic étant quelque peu perturbé, nous avons pris un avion et sommes à présent à Papeete où nous passons le week-end.

C'était Sophie DAVANT et Alain GILLOT-PETRE en direct de la Polynésie Française afin de couvrir cet événement pour vous chers téléspéctateurs.

Publié dans Polynesie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N

Content que tout se soit bien passsé pour vous. On a souvent pensé a vous. Nous rentrons juste de la GWADA. C'etait génial. Enorme bisous a vous deux


Répondre
C

nouveau continent ,nouvelles aventures! contente que vous ayez affronte sans degats les elements climatiques qui n'ont plus aucun secret pour vous.
je pense que vous alllez avoir un choc,la vie est tellement differente de ce cote la de la terre bisous a vous


Répondre
D

Hello les journalistes !!!!
Et bien finalement , pas si terrible votre expérience de Oli . Vous avez réagi comme des chefs devant ce cyclone , bravo pour votre savoir-faire et votre sang-froid . Tant mieux pour les dégâts
limités de la maison où vous avez dormi .
J'espère que vous avez pris des photos impressionnantes .
Tout est rentré dans l'ordre à Papeete ?
Profitez bien de vos derniers instants en Polynésie et bon vol pour Santiago !
A bientôt , gros bisous .


Répondre
V

finalement j 'avais le mot juste!!!!!!! aprèes cela vous voilà devenus de vrais scouts !! prèts à affronter tous les possibles en Amérique du sud!!!!!!et même plus de problème de chargeur !!!!!!!!!
allez gros bisous et continuez à nous faire partager vos aventures !!!!!!!!!!!!!


Répondre